Posté le 29 avril 2020 Par Dans International Avec 879 Vues

Le syndicat de classe grec PAME manifestera dans la rue le 1er Mai, malgré le confinement

« L’ennemi visible est le capitalisme ; le peuple ne paiera pas encore ; le PAME rendra hommage à la Journée Mondiale de la classe ouvrière » : dans un communiqué offensif, le syndicat de classe grec PAME a annoncé maintenir les manifestations et autres activités militantes du 1er Mai. Ces événements auront ainsi lieu dans la rue, malgré le confinement, malgré la pandémie, malgré la psychose individuelle et collective.

« Les Unions Départementales, les Fédérations, les syndicats de Grèce qui se rallient au PAME organiseront des célébrations pour le 1er mai dans toutes les villes du pays malgré les interdictions et la quarantaine », a ainsi déclaré le PAME, ajoutant : « Des événements sont en cours de préparation dans toutes les grandes villes de Grèce, comme à Athènes, à Thessalonique, etc., mais aussi dans des quartiers plus petits ».

Le PAME, syndicat affilié à la FSM et qui a récemment organisé plusieurs démonstrations de force dans la rue, choisit donc clairement la désobéissance aux injonctions patronales et gouvernementales.

« Les manifestations du PAME pour le 1er mai auront bien lieu et les travailleurs lèveront les drapeaux de la bataille, avec des chansons, des prises de parole et un esprit combatif, tout en respectant strictement les mesures de protection de la santé, avec des gants et des masques, ainsi que les distances nécessaires. », affirme également le syndicat de classe, démontrant en pratique la voie à suivre pour l’ensemble des organisations syndicales en Europe et dans le monde.

« Cette année, le 1er mai nous rendons hommage aux milliers d’ouvriers morts, tombés dans la lutte sans relâche contre nos exploiteurs. Nous restons forts dans la lutte contre l’UE et le système pourri d’exploitation », déclarent encore les syndicalistes grecs.

Pour le PAME, l’objectif est aussi de « [renforcer] encore plus notre solidarité et notre soutien aux médecins, aux infirmières, à tous ceux qui mènent une bataille inégale contre la pandémie, en raison des énormes pénuries dans le système de santé publique, dues aux politiques criminelles de tous les gouvernements dans tous les pays capitalistes ».

« Avec les manifestations pour le 1er mai, nous rendons hommage aux milliers de victimes de la classe ouvrière, dans notre pays et dans le monde, qui se sont trouvées exposées face à la pandémie pour qu’une poignée continue à faire des profits. », énonce par ailleurs la déclaration, le syndicat n’hésitant pas à pointer du doigt ces politiques « qui ont poursuivi la marchandisation de la santé pour soutenir la rentabilité des groupes monopolistes. »

Selon le PAME, et en parallèle des milliards d’euros d’aides accordées aux grands groupes tandis que le chômage explose, « le capital, l’UE et leurs gouvernements cherchent à maintenir les mesures anti-travail “extraordinaires” prises à l’occasion de la pandémie. Le gouvernement et les employeurs se préparent déjà à généraliser le chômage technique, la flexibilité et la mobilité des salariés à des niveaux jamais vus auparavant. »

Nos frères et sœurs de classe en Grèce montrent la voie de la lutte sans compromis, sans hésitation, sans peur. A nous de relancer notre machine CGT en France et de retourner dans la rue !

Lire aussi : Syndicalisme de classe, pandémie et capitalisme : entretien avec une dirigeante du syndicat grec PAME

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

À propos