Posté le 22 octobre 2019 Par Dans Luttes Avec 968 Vues

Vers un Décembre rouge ? A l’appel de la CGT, les chômeurs et précaires manifesteront à Paris le samedi 7 décembre

Le Comité national CGT des travailleurs privés d’emplois et précaires a annoncé la tenue le 7 décembre prochain de la 17e manifestation annuelle des chômeurs et précaires. Depuis 1998, le premier samedi de décembre est l’occasion chaque année de mobiliser nationalement les chômeurs et précaires à Paris.

Cette année, l’objectif de la CGT chômeurs et précaires est de dénoncer la mise à mort de l’Assurance chômage par décrets gouvernementaux et revendiquer la Sécurité sociale intégrale et l’indemnisation de 100% des chômeurs (contre 20% actuellement). L’occasion également de rappeler que notre pays compte 11 millions de privés d’emplois, un chiffre bien éloigné des mensonges du gouvernement et de ses médias.

Rythmant l’activité des comités CGT chômeurs et précaires, cette manifestation est un temps fort permettant de visibiliser les revendications des privés d’emplois et précaires, ces travailleurs dont personne ne parle ou ne défend, à l’exception de la CGT.

Selon la CGT, à l’instar de l’assurance maladie et de l’assurance vieillesse, « l’assurance chômage a été conçue pour être une protection sociale lorsqu’on ne peut plus travailler ». La CGT rappelle que cette protection sociale est un choix de société et d’une « conquête sociale arrachée au patronat », tout en dénonçant le danger de la réforme de l’Assurance-chômage voulue par Macron :  « le patronat et le gouvernement veulent remplacer l’assurance-chômage par un minimum social inférieur au RSA ».

Assurances Retraites – Assurance chômage : convergence des colères

Alors que la date du 5 décembre s’annonce d’ores et déjà comme une journée massive de grève interprofessionnelle, la multiplication d’appels à la lutte est positive. Il est évident que de nombreux privés d’emplois et de précaires seront dans la rue le 5 décembre aux côtés de leurs frères et sœurs de classe contre la réforme des retraites.

Toutefois, il est aussi évident qu’un chômeur ne peut pas, par définition, faire grève. De plus, les conditions de travail et de vie des privés d’emplois et précaires ne leur permettent pas de peser aussi efficacement sur l’économie que d’autres branches de métiers, notamment celles liées à la production, au transport et à la distribution.

Dans ces conditions, la tenue à Paris de la manifestation annuelle des chômeurs ne serait-t-elle pas en réalité l’occasion rêvée de reconduire la grève du 5 décembre et poursuivre la mobilisation et le « tous ensemble, en même temps » ? Ne serait-ce pas là une opportunité à saisir pour réaliser une vaste démonstration de la solidarité de classe entre les travailleurs face aux projets de régressions sociales ? Quelle meilleure démonstration de force en direction de nos gouvernants pourrait-on souhaiter ?

Contre la mort de l’Assurance chômage et la fin de notre système de retraites, encourageons la convergence auprès des millions de chômeurs et de précaires de la part de l’ensemble des secteurs de l’économie sur lesquels pèse le poids du chômage, cette « armée de réserve » permettant de faire pression sur les salaires et les conditions de travail.

Lire aussi : Contre-réforme des retraites : tous sur le pont pour faire plier Macron !

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

À propos