GRÈVE GÉNÉRALE EN GRÈCE

GRÈVE GÉNÉRALE EN GRÈCE  ; LE PAME EN PREMIÈRE LIGNE POUR L’UNITÉ DANS LA LUTTE ET PAR LA GRÈVE

Une journée de grève générale paralyse la Grèce ce 17 avril à l’appel des syndicats, au premier rang desquels se trouve le PAME, “Front militant de tous les travailleurs” et puissant syndicat de classe grec, affilié à la Fédération Syndicale Mondiale.

Cette grève, impactante dans le secteur privé, a également été suivie dans le secteur public malgré le refus des syndicats réformistes d’appeler à la mobilisation. Partout dans le pays, les grévistes se sont ainsi fait entendre et ont répondu à l’appel du PAME. Les transports en communs, métros, bus, tram et taxis, ainsi que les trains et les bateaux ont été particulièrement impactés et immobilisés.

Les travailleurs grecs se sont fortement mobilisés, par la grève, pour dénoncer l’appauvrissement généralisé (et organisé par le pouvoir grec), l’inflation et les nouvelles mesures anti sociales décidées par le gouvernement, après une décennie de brutales coupes budgétaires austéritaires.

Dans son communiqué, le PAME a salué l’importante participation des travailleurs à la grève générale.”La grève d’aujourd’hui montre le pouvoir d’organisation des travailleurs” qui font face à la spéculation capitaliste, aux attaques contre les salaires et les droits du travail, affirme le PAME qui estime qu’il “est temps désormais d’intensifier la lutte déterminée pour la signature de conventions collectives, pour des augmentations de salaires face aux miettes que propose gouvernement, face à la violence et au terrorisme patronal.”

Le syndicat de classe relève par ailleurs que le succès de la grèves s’est construire sans, voire contre les factions syndicales réformistes, droitières, anticommunistes qui tant dans le secteur public que dans le secteur privé, ont tout fait pour entraver la construction de la grève. Agissant de la sorte, comme récemment lors de la grève précédente du 28 février dernier, ces organisations désunissent le front de grève et confirment leur rôle de collaborateurs du gouvernement et du patronat.

“Par nos luttes dans chaque industrie, dans chaque usine et sur chaque lieu de travail, nous pouvons forcer le gouvernement, chaque employeur et leurs forces à battre en retraite”, affirme encore le PAME qui appelle également à renforcer “la lutte pour le désengagement de notre pays des deux fronts de guerre simultanés en Ukraine et au Moyen-Orient. Toutes les forces militaro-navales qui se trouvent à l’extérieur des frontières du pays et la frégate “HYDRA” doivent désormais rentrer. Nous exprimons notre solidarité inébranlable avec le peuple palestinien qui mène la bataille de sa survie contre l’État meurtrier d’Israël.”