Posté le 31 décembre 2019 Par Dans Luttes Avec 405 Vues

Pères Noëls CGT et danseuses du Lac des Cygnes : retour sur un Noël 2019 de luttes et de solidarités (PHOTOS / VIDEOS)

Traminots, cheminots, électriciens, danseuses et musiciens de l’Opéra, etc.. : la grève contre la réforme des retraites n’aura donc pas connu de « trêve ». Bien que logiquement affectés par les fêtes de fin d’année, les mouvements de grèves contre la réforme des retraites se sont ainsi maintenus dans l’ensemble des secteurs clés en lutte (RATP, SNCF, raffineries).

Partout sur le territoire français, des initiatives de solidarité et de « gréveillon » ont été organisées tandis que les piquets de grève étaient maintenus et que la CGT appelait à une journée de mobilisation nationale le samedi 28 décembre.

Bien souvent, ce sont des travailleurs militants cégétistes qui ont impulsé et animé ces évènements.

De plus, le mardi 24 décembre, la CGT, mobilisée contre la réforme des retraites, a fait passer plus de 500 000 foyers d’Ile-de-France en heures creuses pendant toute la matinée. Près d’un million de personnes ont pu ainsi bénéficier de l’action solidaire de la CGT.

Lire aussi : On “débranche tout” : la CGT Energie revendique une liste impressionnante de coupures de courant  

Au delà de la guerre de communication, ces images, largement diffusées sur les réseaux sociaux font en réalité partie de la trame des jours et témoignent de la solidarité très forte envers les grévistes. Dans le même temps, il s’agit aussi d’une confirmation du caractère interprofessionnel du mouvement social.

Chacun aura également pu voir les images de la représentation gratuite du Lac des Cygnes de Tchaïkovski réalisée gratuitement le 24 décembre par les danseurs, danseuses, musiciens de l’Opéra de Paris, mobilisés et en habits de travail.

Cette performance émouvante, qui a déjà fait le tour du monde, avait par ailleurs lieu quelques jours après l’annonce en direct par les travailleurs de l’Opéra de Lyon de refuser de performer devant le public par solidarité avec le mouvement de grève.

Observons de plus près la symbolique de la représentation offerte par les travailleurs de l’Opéra de Paris : que nous dit cet épisode, qui restera comme un des temps forts de ce mouvement social ?

Cette représentation nous confirme d’une part qu’une grande majorité d’artistes se mobilisent et ne se perçoivent pas comme fondamentalement « différents » des autres travailleurs. D’autre part, ces travailleurs artistes mettent leurs compétences et savoirs artistiques au service de la population et des éléments les plus déterminés.

Lire aussi : Art en lutte au service de la grève

De plus, ces travailleurs qui se joignent à la lutte aux côtés des cheminots, traminots, raffineurs, aux côtés des travailleurs de Radio France et des bibliothèques. etc… montrent qu’une unité de classe contre le projet de réformes à points est en train de lentement mais surement se construire et ressouder différentes franges du monde du travail.

Enfin, chacun sait que le moral et la détermination jouent un rôle déterminant dans le maintien de la confiance dans la lutte, et le maintien du cap dans la mobilisation. Par la multiplication de ces actions, et la réappropriation du travail, chaque travailleur apporte ainsi sa pierre à un mouvement qui ne doit pas être l’addition des différentes corporations mais bien un réel mouvement social, global, interprofessionnel.

Le refus du personnel de l’Opéra d’accepter le « compromis » proposé par le gouvernement pour acheter la paix sociale dans ce secteur démontre également que pour tous, la détermination est intacte pour faire reculer le gouvernement.

Rappelons encore que les grévistes de l’Opéra de Paris ont offert un concert gratuit le 31 décembre.

Lire aussi : Le blocage du MIN de Rungis : « un message de détermination de notre classe »

Au-delà de ces gréveillons et autres actions de solidarité ou d’éclat, rappelons également que les piquets de grèves ont été maintenus sur de nombreux sites et dépôts, ancrant la grève fermement dans la durée tandis que le spectre d’une pénurie de carburant devient chaque jour de plus en plus tangible.

La journée de mobilisation nationale impulsée par la CGT le samedi 28 décembre a par ailleurs démontré que les travailleurs ne comptaient pas attendre la journée du 9 janvier pour entrer en action.

Mener un mouvement contre un pouvoir qui cherche à nous écraser et à faire passer sa réforme à tout prix n’est pas une chose évidente. Le gouvernement, qui joue le pourrissement du mouvement, a pour l’instant largement échoué, en cette fin d’année, à dissocier et séparer une opinion publique majoritairement favorable au retrait de la réforme de la masse des grévistes et travailleurs en lutte. De quoi augurer un début d’année 2020 incandescent.

Lire aussi : Grève du pétrole : le pays s’achemine-t-il vers une pénurie inédite ?

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

À propos