Posté le 27 avril 2020 Par Dans Mémoires, Perspectives Avec 679 Vues

Bataille des idées : « Démocratie ouvrière », Antonio Gramsci, 21 juin 1919

A l’occasion de la date-anniversaire de la mort d’Antonio Gramsci le 27 avril 1937, nous publions trois des textes les plus fondamentaux du théoricien marxiste et leader du mouvement ouvrier italien et mort en prison sous le régime fasciste de Mussolini.

– « Démocratie ouvrière », 21 juin 1919

Extraits de « Syndicats et conseils », octobre 1919

« Le conseil d’usine », juin 1920

Ces trois textes, relatifs au développement théorique et pratique des « Conseils d’usine » ont été publiés en 1919 et 1920, en plein « biennio Rosso » (en français, « Les deux années rouges »). Cette période s’ancre évidemment dans le cadre plus large des bouleversements politiques et socioéconomiques qui embrasent l’Europe et le monde entier à la fin de la Première guerre mondiale et après la Révolution d’Octobre 1917 et l’avènement de la Russie soviétique.

L’Italie est ainsi secouée par des révoltes ouvrières, des mobilisations paysannes, des occupations de terrains et d’usines suivies parfois de tentatives d’autogestion.  La prise du pouvoir en Italie par les fascistes en 1922 est ainsi la réaction de classe de la bourgeoisie et de l’aristocratie après cette période d’agitation révolutionnaire.

Notre objectif, en publiant aujourd’hui ces trois textes centenaires, est tout simplement de réintroduire certains concepts au cœur de la bataille des idées. A l’heure d’une pandémie mondiale et d’une crise économique XXL qui a brisé bien des certitudes, tant chez les classes dominantes et dirigeantes que dans la population toute entière, nous ne pouvons que constater la « redécouverte » des inégalités sociales et la « redécouverte » du caractère fondamental de certaines productions industrielles et donc de pans entiers de la classe ouvrière sans laquelle le pays et la société s’effondrerait.

Par ailleurs, l’expression « dictature du prolétariat », employée par Gramsci, est largement utilisée par nombre d’acteurs politiques et syndicaux jusqu’à la moitié du siècle dernier. Cette « dictature démocratique du prolétariat » n’a évidemment rien à voir avec les « dictatures dissimulées du capital » (nos sociétés « démocratiques » actuelle) ou les « dictatures ouvertes et terroristes du capital » (fascisme, nazisme, régime de Pinochet, etc..). Il s’agit en réalité d’une phase de la révolution durant laquelle les révolutionnaires mettent en place les bases de la future société en empêchant la bourgeoisie de rétrograder vers un retour au capitalisme. Elle correspond à ce qu’on appelle également « démocratie ouvrière ».

L’idée de « Conseil d’usine » (ou Soviet, ou Conseil ouvrier, ou Conseil d’atelier et de service), n’est donc pas une idée « neuve », mais on peut, à la lecture de ces textes, et au prisme du contexte actuel où les idées sont de nouveau en mouvement, constater que ces concepts n’ont jamais autant été d’actualité pour réellement « changer de terrain », et rendre réalisable l’auto-émancipation des travailleurs.

« Démocratie ouvrière », Antonio Gramsci, 21 juin 1919

Un problème harcelant s’impose aujourd’hui à tout socialiste profondément conscient de la responsabilité historique qui pèse sur la classe laborieuse et sur le parti qui incarne la conscience critique et agissante de cette classe.

Comment dominer les immenses forces sociales que la [Première] guerre [mondiale] a déchaînées ? Comment les discipliner et leur donner une forme politique qui ait en elle la vertu de se développer normalement, de se compléter sans cesse jusqu’à devenir l’ossature de l’État socialiste dans lequel s’incarnera la dictature du prolétariat ? Comment souder le présent à l’avenir, tout en satisfaisant aux urgentes nécessités du présent et en travaillant utilement pour créer et « devancer » l’avenir ?

Ces lignes veulent être une incitation à penser et à agir, elles veulent être un appel aux meilleurs et aux plus conscients parmi les ouvriers pour qu’ils réfléchissent et pour que chacun, dans la sphère de sa compétence, et de son action, collabore à la solution du problème, en attirant l’attention des camarades et celle des organisations sur les termes dans lesquels il se pose. Ce n’est que d’un travail commun et solidaire d’élucidation, de persuasion et d’éducation réciproque que pourra sortir l’action concrète de construction.

L’État socialiste existe déjà en puissance dans les organismes de vie sociale propres à la classe laborieuse exploitée. Rassembler entre eux ces organismes, les coordonner et les subordonner en une hiérarchie de compétences et de pouvoirs, les centraliser fortement tout en respectant les autonomies et les articulations indispensables, revient à créer dès à présent une véritable et authentique démocratie ouvrière, en opposition efficace et active avec l’État bourgeois, préparée dès maintenant à remplacer l’État bourgeois dans toutes ses fonctions essentielles de gestion et de domination du patrimoine national.

Le mouvement ouvrier est aujourd’hui dirigé par le Parti socialiste et par la Confédération du travail, mais le pouvoir social du parti et de là Confédération s’exerce indirectement, à travers la grande masse laborieuse, par la force du prestige et de l’enthousiasme, par des pressions autoritaires, voire par inertie. La sphère de prestige du parti se développe chaque jour, elle atteint des couches populaires jusqu’à présent inexplorées, elle suscite l’approbation et fait naître le désir de travailler efficacement à l’avènement du communisme dans des groupes et chez des individus jusqu’à présent absents de la lutte politique. Il est nécessaire de donner une forme et une discipline permanente à ces énergies dispersées et chaotiques, de les intégrer, de les modeler et de leur donner des forces ; de faire de la classe prolétaire et semi-prolétaire une société organisée qui puisse s’éduquer, créer sa propre expérience, et acquérir une conscience responsable des devoirs qui incombent aux classes qui accèdent au pouvoir de l’État.

Le Parti socialiste et les syndicats professionnels ne peuvent intégrer toute la classe laborieuse qu’au prix d’un travail incessant qui risque de durer des années et même des dizaines d’années. Ils ne s’identifieront pas immédiatement avec l’État prolétarien ; dans les républiques communistes en effet, ils continuent à subsister indépendamment de l’État, en tant qu’organisme d’impulsion (pour ce qui est du parti) et de contrôle et d’exécution partielle (pour ce qui est des syndicats). Il faut que le parti ne cesse pas d’être l’organe de l’éducation communiste, le foyer de la foi, le dépositaire de la doctrine, le pouvoir suprême qui harmonise et conduit au but les forces organisées et disciplinées de la classe ouvrière et paysanne, C’est justement afin qu’il puisse accomplir avec rigueur cet office qui lui incombe que le parti ne saurait ouvrir toutes grandes ses portes à une invasion de nouveaux adhérents qui n’ont pas l’habitude de l’exercice de la responsabilité et de la discipline.

Mais la vie sociale de la classe laborieuse est riche en organisations, elle s’articule en de multiples activités. Ce sont précisément ces organisations et ces activités qu’il faut développer, structurer en un ensemble, coordonner en un système vaste et souplement articulé, capable d’absorber et de discipliner l’entière classe laborieuse.

L’usine avec ses comités d’entreprise, les cercles socialistes, les communautés paysannes, sont des centres de vie prolétarienne sur lesquels il est indispensable d’agir directement.

Les comités d’entreprise1 sont des organismes de démocratie ouvrière qu’il faut absolument libérer des limitations imposées par les chefs d’entreprise, et auxquels il faut infuser une énergie et une vie nouvelle. Aujourd’hui, les comités d’entreprise limitent le pouvoir du capitaliste à l’intérieur de l’usine et remplissent des fonctions d’arbitrage et de discipline. Développés et enrichis, ils devront être demain les organismes du pouvoir prolétarien, qui devront se substituer au capitaliste dans toutes ses fonctions utiles de direction et d’administration.

Dès aujourd’hui déjà, les ouvriers devraient procéder à l’élection de vastes assemblées de délégués, choisis parmi les camarades les meilleurs et les plus conscients, avec pour mot d’ordre : « Tout le pouvoir dans l’usine au comité d’usine », inséparable de cet autre mot d’ordre : « Tout le pouvoir de l’État aux Conseils ouvriers et paysans. »

Un vaste terrain de propagande révolutionnaire concrète s’ouvre ainsi aux communistes organisés dans le parti et dans les cercles de quartiers. Les cercles, en accord avec les sections urbaines, devraient recenser les forces ouvrières du secteur et devenir le siège du conseil de quartier des délégués d’usines, le centre où se nouent et où convergent toutes les énergies prolétariennes du quartier. Les systèmes électoraux pourraient varier selon le volume des usines, on devrait cependant chercher à faire élire un délégué pour quinze ouvriers, par catégories séparées (comme on le fait dans les usines anglaises) pour aboutir, par élections successives, à un comité de délégués d’usine qui comprendrait des représentants de l’ensemble des travailleurs (ouvriers, employés, techniciens). Dans le comité de quartier on devrait tendre à incorporer à ce groupe venu de l’usine, des délégués des autres catégories de travailleurs habitant le quartier : garçons de café, cochers, employés du tramway, cheminots, balayeurs, gens de maison, vendeurs, etc.

Le comité de quartier devrait être l’émanation de toute la classe laborieuse habitant dans le quartier, une émanation légitime et influente, capable de faire respecter une discipline, investie d’un pouvoir spontanément délégué, et en mesure d’ordonner la cessation immédiate du travail dans l’ensemble du quartier.

Les comités de quartier s’élargiraient en commissariats urbains, soumis au contrôle et à la discipline du Parti socialiste et des Fédérations de métiers.

Un tel système de démocratie ouvrière (complété par des organisations équivalentes de paysans) donnerait aux masses une structure et une discipline permanente, serait une Magnifique école d’expérience politique et administrative, il encadrerait les masses jusqu’au dernier homme, et les habituerait à se considérer comme une armée en campagne qui a besoin d’une ferme cohésion si elle ne veut pas être défaite et réduite en esclavage.

Chaque usine mettrait sur pied un ou plusieurs régiments de cette armée, avec ses caporaux, ses services de transmissions, son corps d’officiers, son état-major; tous ces pouvoirs étant délégués par libre élection et non imposés autoritairement. A la faveur de meetings, tenus à l’intérieur de l’usine, grâce au travail incessant de propagande et de persuasion mené par les éléments les plus conscients, on obtiendrait une transformation radicale de la psychologie ouvrière, on rendrait la masse mieux préparée à l’exercice du pouvoir et plus capable de l’assumer, on répandrait une conscience des devoirs et des droits du camarade et du travailleur qui serait harmonieuse et efficiente parce que née spontanément de l’expérience vivante et historique.

Nous l’avons déjà dit : ces notes rapides se proposent seulement d’être une incitation à la pensée et à l’action. Chaque aspect du problème mériterait un développement vaste et approfondi, des élucidations, des compléments dérivés et annexes. Mais la solution concrète et intégrale des problèmes de la vie socialiste ne peut être apportée que par la pratique communiste : par la discussion en commun qui modifie par sympathie les consciences en les unissant et en les remplissant d’enthousiasme agissant. Énoncer la vérité, arriver ensemble à la vérité, c’est accomplir un acte communiste et révolutionnaire2. La formule « dictature du prolétariat » doit cesser de n’être qu’une formule, une occasion de déployer une phraséologie révolutionnaire. Qui veut la fin, doit vouloir aussi les moyens. La dictature du prolétariat, c’est l’instauration d’un nouvel État, typiquement prolétarien, dans lequel viendront confluer les expériences institutionnelles de la classe opprimée, dans lequel l’organisation de la vie sociale de la classe ouvrière et paysanne deviendra un système généralisé et fortement organisé. Un tel État ne s’improvise pas : les communistes bolcheviques russes ont travaillé huit mois pour répandre et concrétiser le mot d’ordre « Tout le pouvoir aux Soviets », et les Soviets étaient connus des ouvriers russes depuis 1905 Les communistes italiens doivent mettre à profit l’expérience russe et économiser temps et efforts : l’œuvre de reconstruction exigera tant de temps et tant de travail que chacun de nos jours et chacun de nos actes devraient pouvoir lui être consacrés.

Lire aussi : Bataille des idées : extraits de « Syndicats et conseils », Antonio Gramsci, octobre 1919

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

À propos