Posté le 25 septembre 2019 Par Dans Luttes Avec 194 Vues

150 000 personnes ont défilé le 24 septembre à l’appel de la CGT contre la casse des retraites ! (PHOTOS)

150 000 personnes se sont mobilisées partout en France le 24 septembre à l’appel de la CGT contre la réforme des retraites de Macron. Cette première riposte ne doit pas rester sans suite et appelle à une généralisation des colères. L’appel à la grève illimité de la RATP à partir du 5 décembre doit servir de tremplin pour la confédéralisation des luttes.

Un premier tour de chauffe contre la régression sociale

« La retraite à point, on n’en veut point » : rythmée par des luttes sectorielles, la fronde sociale a pris une dimension nationale ce 24 septembre, journée de mobilisation contre la réforme des retraites, à l’appel de la CGT.

Près de 150 000 personnes ont ainsi participé aux mobilisations aux quelques 150 manifestations organisées partout sur le territoire par la CGT « pour les retraites, les salaires, l’emploi et le service public. »

Voir aussi : album photos des manifestations du 24 septembre en France

La grève a notamment touché la SNCF, les secteurs du commerce et du bâtiment, de la fonction publique, de l’éducation, des hôpitaux. À la SNCF par exemple, seulement 2 trains sur 5 circulaient tandis que les transports urbains en Ile de France et en régions, comme à Nice, Clermont-Ferrand, Strasbourg, Dijon étaient perturbés.

Des voix s’élèvent contre la participation de la CGT aux concertations gouvernementales

Une lettre datée du 24 septembre et envoyée au Bureau confédéral de la CGT  par l’Union Départementale CGT du Val de Marne a vertement critiqué le choix d’un membre du Bureau confédéral de s’exprimer de manière individuelle dans les colonnes de l’Humanité en faveur d’une participation aux concertations organisées par le gouvernement sur la réforme des retraites.

L’UD CGT 94 pointe ainsi du doigt « cette posture qui apparait opportuniste et collaborationniste n’est officiellement pas la position de la CE confédérale » et s’interroge : « « Après les violences d’Etat survenues encore ce week-end vers celles et ceux qui luttent (syndicalistes, climat, gilets jaunes, jeunesse) pensons-nous raisonnablement, que ces pseudos négociations et ce nouveau grand débat Elyséen changeront quoi que ce soit dans le projet Macronien déjà ficelé et emballé par Bruxelles, le MEDEF et le FMI ?! »

La grève illimitée en décembre, vœu pieu ou réelle perspective de généralisation coordonnée des mobilisations ?

« Nous ne négocions pas le poids des chaines, nous voulons les briser. Très majoritairement dans la CGT nous croyons encore à la culture du rapport de force » :  si la manifestation de rentrée a permis une première démonstration de force de la CGT, une riposte sociale à la hauteur de l’attaque patronale et gouvernemental est nécessaire.

En réalité, l’appel unitaire à la grève illimitée du 5 décembre prochain à la RATP a fait naitre l’espoir d’une lutte sociale prolongée, et généralisée pour des dizaines de milliers de travailleurs. Par exemple, pour l’UD CGT 94, les choses sont claires : pour gagner, il faut préparer un mouvement illimité, « un blocage de l’économie, des profits et des administrations de l’Etat » et non pas des actions périodiques et isolées.

Lire aussi : Tous ensemble et en même temps le 24 septembre… et après ?

« Le tous ensemble, en même temps » n’est pas une idée abstraite. Par le passé, la force de la CGT a été de mettre en mouvement et en luttes des secteurs entiers de l’économie et de la société sur un objectif commun.

Cet objectif commun, nous l’avons !

1- Retrait du projet Delevoye – Macron,

2- Mise en place du plan de retraite CGT

Loin d’être irréalisable, la confédéralisation des luttes est la ligne d’horizon immédiate, pour structurer et développer l’interpro, pour bloquer l’économie et faire reculer le gouvernement.

Étiquettes : , , , , , , , , ,

À propos