Posté le 12 décembre 2019 Par Dans Luttes Avec 396 Vues

Energie : la CGT mobilise les salariés et innove dans ses méthodes de luttes

Les électriciens et gaziers répondent présents dans la lutte contre la réforme des retraites. La CGT a impulsé des actions spéctaculaires conduisant à la coupure d’électricité ciblant certaines institutions (Préfecture, police, gares..) et à des basculement des usagers en heure creuse.

Dans un communiqué publié le 10 décembre, la Fédération CGT Mines-Energie (FMNE CGT) a appelé « les travailleurs à ne pas entrer dans le piège [tendu] par le Premier ministre. La retraite par points n’est pas favorable aux salariés. »

« Dès maintenant, les salariés gaziers, électriciens, énergéticiens et mineurs en grève doivent se réapproprier les sites de travail pour les transformer en « zone de lutte » jusqu’à vendredi matin. » affirme la FNME-CGT, avant d’ajouter : « Ces lieux doivent permettre d’organiser des échanges et débats avec les travailleurs et retraités afin de décider des actions à mener pendant la grève. »

Grèves, blocages, coupures d’électricité : les salariés d’EDF démontrent leur détermination

Selon EDF, 26,9 % des salariés faisaient grève le 10 décembre en fin de journée. 41,4 % des électriciens d’EDF étaient en grève au même moment le 5 décembre dernier.

Toutefois, le 10 décembre à midi, les grévistes ont réduit la production d’électricité de 5,6 gigawatts, selon le EDF. Au plus fort de la grève le 5 décembre, cette baisse n’atteignait que 1,7 gigawatts.

Par ailleurs, la grève a donné lieu à des coupures d’électricité ciblées en début de semaine, dans le centre-ville de Perpignan, à la la Préfecture de Versailles, l’hôtel de police de Versailles et la gare de Versailles Chantiers, ou encore dans plusieurs quartiers d’Agen.

Parmi les centrales les plus touchées par la grève figurent des centrales nucléaires, à Nogent, Cattenom ou encore Cruas-Meysse, la centrale à gaz de Bouchain, ou encore les centrales à charbon du Havre et de Cordemais. Des salariés bloquent l’accès à plusieurs centrales, selon la CGT.

A Lyon, la CGT bascule 80 000 usagers en heures creuses

Enfin, le syndicat CGT de l’Energie à Lyon a acté le 10 décembre une nouvelle forme d’action pour contester la réforme des retraites : le basculement en heures creuses de dizaines de milliers d’usagers.

Lire aussi : A l’approche de l’hiver, 71% des Français n’ont plus les moyens de se chauffer

Dans un communiqué de presse, ce syndicat CGT a notamment déclaré avoir “collectivement acté le basculement en heures creuses pour 80 000 clients particuliers, manifestant ainsi leurs revendications de gagner l’inscription dans la constitution que l’énergie n’est pas une marchandise, mais un bien de première nécessité, dont l’accès doit être garanti à toutes et tous“.

“À l’heure où les besoins vitaux sont plus que jamais marchandés, cet acte fort est à mettre sur le compte des électriciens et gaziers, qui sont en lutte pour une autre répartition des richesses et pour une société, plus juste et plus solidaire”, ajoute le syndicat CGT.

Lire aussi : Contre la réforme des retraites : réinventons nos modes d’actions, occupons les lieux de production

Étiquettes : , , , , , , , ,

À propos