Posté le 6 janvier 2020 Par Dans En avant, Luttes Avec 288 Vues

En grève jusqu’au « retrait » : à quoi peut-on s’attendre cette semaine ?

 Ces derniers jours, les éditorialistes des médias bourgeois se sont échinés à chercher des signes avant-coureurs d’une décrue du mouvement contre la casse de nos retraites. « Ca s’érode ça s’érode » pouvait-on même entendre sur le plateau de BFM TV.

Las, l’auto-conviction et la manipulation semblent pour l’instant tourner en rond, et à vide. Sur les réseaux sociaux, les syndicalistes CGT ont d’ailleurs déjà donné le ton de cette semaine de mobilisation : « ça va être très fort ».

Lire aussi : « Prolétariat, connais ta force, et déchaine là » : Tout bloquer devient vital

La journée nationale interprofessionnelle de grève et de mobilisation du jeudi 9 janvier sera vraisemblablement plus forte encore que les mobilisations, déjà très massives, de décembre. Surtout, la CGT appelle également à la mobilisation interprofessionnelle le vendredi 10 janvier et à une journée de manifestations le samedi 11 janvier. Cette séquence peut être l’occasion de constater une élévation du rapport de force et la jonction dans la bataille d’autres secteurs jusqu’à présent peu ou pas mobilisé.

Déjà se confirme également la recrudescence des actions coup de poings de blocages économiques menées partout sur le territoire grâce notamment aux Unions départementales CGT, fédérations CGT et syndicat CGT combatifs.

Ce sont bien ces structures de la classe ouvrière qui forment l’ossature de la mobilisation et permettent la multiplication depuis le 5 décembre des opérations de péages gratuits, des actions spectaculaires menées par les électriciens, des blocages de dépôts RATP, de centres de traitement des déchets, d’infrastructures pétrolières et portuaires, de plateformes logistiques comme le MIN de Rungis ou de plateformes du groupe Amazon.

Transport

Pour le moment, à la SNCF et à la RATP, les cheminots et les traminots poursuivent une grève massive entamée depuis maintenant plus d’un mois et qui a permis au mouvement social de tenir bon pendant la période de flottement des fêtes de fin d’année.

Si la RATP joue avec les nerfs des usagers afin de salir l’image des grévistes, notamment en balançant de fausses informations sur le nombre de stations et de lignes ouvertes, une chose est certaine : la détermination des agents de la régie parisienne des transports est toujours intacte. Et le trafic en Ile de France plus que très perturbé, pour ne pas dire paralysé.

Pétrole

Annoncée par la Fédération CGT des Industries Chimiques (FNIC CGT), la mobilisation autour des raffineries va également s’amplifier, notamment avec le déclenchement à partir du 7 janvier et jusqu’au 10 janvier, de l’arrêt des expéditions.

Ensuite, à l’issue de la journée du 9 janvier, de nouvelles assemblées doivent se tenir sur tous les sites pour décider ou non l’arrêt de la production. Pour rappel, la grève reconductible, massivement suivie dans 6 raffineries sur 7 s’est doublée de la mise à l’arrêt de la production dans deux raffineries, Lavera dans les Bouches-du-Rhône, et Grands-puits dans la région parisienne.

Energie

Déjà fortement mobilisés, les travailleurs du secteur de l’énergie seront de nouveau en grève à l’appel de la FNME CGT, qui « demande à tous les électriciens, gaziers, mineurs, salariés, de renforcer, de continuer la lutte et de se préparer à de grandes actions et grèves reconductibles dès le début de l’année, avec reprise de l’outil de travail. »

Education nationale

En cette semaine de rentrée scolaire, le personnel de l’éducation nationale est aussi très attendu dans la mobilisation. Massivement en grève en décembre, les enseignants sont toujours vent debout contre la réforme des retraites, dont ils seront des grands perdants. Ils sont également en colère contre la réforme du bac et dénoncent l’ « impréparation » des premières épreuves communes de contrôle continu en Première, qui doivent se tenir à partir du 20 janvier.

Ports, justice, culture

Des opérations « port mort » sont également prévues cette semaine, notamment au Havre, à Marseille, à Rouen. Par ailleurs, dans certaines professions libérales comme les avocats, le mouvement de protestation contre le projet de réforme des retraites a été relancé le lundi 6 janvier. Le Conseil national des barreaux (CNB) a ainsi appelé l’ensemble des barreaux du pays à bloquer le fonctionnement de la justice pour une semaine, dans un mouvement reconductible. De plus, la mobilisation dans le secteur de la culture s’annonce lui aussi très fort.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

À propos